Les lauréats des prix de l’innovation Elsevier-Institut Cochin 2020 et 2021, Olivier Kosmider et Jérôme Avouac, parlent de leurs recherches

Publié le
L'Institut
Les trophées remis aux lauréats du prix Elsevier-Institut Cochin 2022

Le 15 février dernier, l'Institut Cochin, Université de Paris et Elsevier ont décerné le prix de l’Innovation Elsevier-Institut Cochin à Olivier Kosmider et Jérôme Avouac

En raison de la pandémie de Covid-19, Olivier Kosmider a reçu rétroactivement le Prix de l'Innovation 2020 pour sa participation au développement d'un nouvel outil de diagnostic pour la prédiction de la surcharge en fer. Par ailleurs, le Prix de l'Innovation 2021 a été décerné à Jérôme Avouac pour avoir développé une approche innovante dans le traitement d’une maladie auto-immune rare, la sclérodermie systématique (SSc).

Depuis 2017, l'Institut Cochin et Elsevier s'associent pour décerner le Prix de l'Innovation Elsevier-Institut Cochin et ainsi récompenser des projets de recherche innovants à fort potentiel d'application dans le traitement des patients. L'Institut Cochin et Elsevier travaillent ensemble dans le but commun faire connaitre l'innovation dans la recherche biomédicale française.

Photo portrait de Jérôme Avouac

Le Pr. Jérôme Avouac est enseignant-chercheur au sein d’Université de Paris et de l’Institut Cochin et rhumatologue à l’Hôpital Cochin. Dans l’équipe « Pathogénie et traitements innovants des maladies fibro-inflammatoires chroniques », il s’intéresse particulièrement au développement de nouvelles voies thérapeutiques dans la sclérodermie systémique (SSc), maladie auto-immune complexe qui se caractérise par une inflammation excessive non résolue entraînant le développement d’une fibrose de la peau et des organes. L’équipe a développé une plateforme de modèles animaux complémentaires de fibrose dermique, pulmonaire et vasculaire permettant une évaluation complète de nouvelles voies thérapeutiques.

Le projet primé a pour objectif d’évaluer l’effet de l’aplasie B induite par l’injection de cellules CAR-T CD19 sur le développement de la fibrose et de l’hypertension pulmonaires dans le modèle murin transgénique Fra-2, qui reproduit les principales atteintes de la SSc avec la même séquence temporelle que la maladie humaine. Les CAR-T CD19 induisent une aplasie B totale et durable et ont permis des résultats spectaculaires dans le traitement des hémopathies B.

Les enjeux scientifiques de ce projet pourraient être très importants. Il s’agirait d’une première démonstration de l’efficacité des CAR-T CD19 dans un modèle préclinique validé et robuste de SSc, la preuve de concept ainsi apportée ouvrirait un large champ pour l’évaluation clinique des CAR-T CD19 dans une maladie qui manque d’options thérapeutiques efficaces. Ces résultats renforceraient également le rationnel de leur utilisation clinique dans les maladies auto-immunes.

Le Pr. Olivier Kosmider est enseignant-chercheur au sein d’Université de Paris, membre de l'équipe « Hématopoïèse normale et pathologique » de l'Institut Cochin et hématologue à l'Hôpital Cochin. Il est spécialiste des syndromes myélodysplasiques (SMD), maladies de la cellule souche hématopoïétique qui présentent une hétérogénéité phénotypique et pour lesquelles il n’existe pas de biomarqueur robuste de réponse au traitement applicable en routine.  Les SMD avec sidéroblastes en couronnes (SMD-RS) sont une catégorie de SMD présentant des mutations somatiques du gène SF3B1 chez environ 90% des patients SMD-RS, ce qui en fait une entité moléculairement identifiable dans la classification des hémopathies myéloïdes proposée par l’OMS depuis 2016.

Par des analyses haut débit, l’équipe d’Olivier Kosmider a identifié dans les SMD-RS un transcrit variant de l’érythroferrone ou ERFE+12 dont la quantification est un facteur prédictif de surcharge en fer dans le sang. Cette découverte, qui est la conséquence de la présence de la mutation de SF3B1 dans les cellules érythroïdes de la moelle, a permis d’envisager un test utile au monitoring des patients sous traitement.

L’objectif du projet primé est donc d’obtenir un dosage spécifique de la protéine ERFE variante (ERFEVPFQ) avec application directe à la prise en charge des patients en collaboration avec l’équipe du Dr Léon Kautz (Toulouse). Ce dosage est en cours de validation à l’aide d’outils (anticorps spécifiques) et sera mis prochainement à la disposition de la communauté médicale comme un biomarqueur robuste de l’érythropoïèse clonale des patients SMD-RS avec mutation SF3B1, au sein d’essais cliniques prospectifs du Groupe Francophone des Myélodysplasies.

Vidéos des deux lauréats

Le Prof. Olivier Kosmider partage son point de vue sur sa recherche, son impact sur la société et ses objectifs pour le futur proche

Photos des lauréats Olivier Kosmider et Jérôme Avouac lors de la cérémonie de remise des prix, entourés de William Rubens (Elsevier), Iman Hajar (Institut Cochin), Catherine Chaussain (Faculté de santé, Université de Paris), Pierre-Olivier Couraud (Institut Cochin), Florence Niedergang (Institut Cochin) et Edouard Kaminski (Université de Paris)