Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / La Recherche / Infection, Immunité, Inflammation / Equipe A. Hosmalin, R. Cheynier / IL7 comme adjuvant de vaccination muqueuse

    IL7 comme adjuvant de vaccination muqueuse

    Responsables du projet Anne Couëdel-Courteille (MCU Paris Diderot) et Magali Rancez (CR CNRS)

    Contact : 

    anne.couedel@inserm.fr - Téléphone : +33 1 40 51 65 41

    magali.rancez@inserm.fr - Téléphone : +33 1 40 51 65 14

     

    Objectifs

    La transmission de la plupart des infections virales et bactériennes passe par voie muqueuse. Dans le cas du VIH, la dissémination du virus dans l’organisme est détectable dès les premières heures suivant l’exposition au virus (Ribeiro Dos Santos et al. 2011). De plus, ce virus tire parti de la physiologie de cellules qu’il infecte pour échapper à la reconnaissance par le système immunitaire, ce qui limite l’efficacité des vaccins systémiques actuellement testés. Le développement d’un protocole de vaccination susceptible d’induire une immunité muqueuse forte est donc capital pour permettre de bloquer l’infection dans les muqueuses, avant l’infection des cellules cibles et la dissémination du virus dans l’organisme. Or, les protocoles d’immunisation par voie systémique ne permettent pas la mise en place d’une telle immunité. Il est donc primordial, pour protéger les populations humaines contre cette infection, de développer des adjuvants permettant d’augmenter la réponse immunitaire muqueuse induite par l’administration d’antigènes par voie muqueuse.

     

    Questions posées

    Le but de cette partie du projet est de développer une approche originale de vaccination muqueuse, basée sur l’utilisation de la nouvelle propriété de l’IL-7 mise en évidence au laboratoire (Beq et al. 2009). Ce projet vise à exploiter la capacité de l’IL-7 à induire, via la stimulation de la production locale de chimiokines, la relocalisation massive des cellules du système immunitaire dans les muqueuses. Cette propriété de l’IL-7 sera mise à profit pour favoriser la prise en charge d’antigènes administrés par voie muqueuse, ce qui permettra d’établir une réponse immunitaire muqueuse qui, via la production locale d’anticorps susceptibles de neutraliser le virus avant sa pénétration dans l’organisme, devrait permettre de bloquer l’infection. Ces études sont réalisées dans des modèles d’infections virales à la fois chez la souris et le PNH.

     

    Détection des plasmocytes dans la muqueuse vaginale de macaques après vaccination muqueuse. Les plasmocytes produisant des IgA anti-DT apparaissent en jaune.

     

    Composition du groupe

    remi.cheynier@inserm.fr - DR2- tel : +33 1 40 51 65 41

    anne.couedel@inserm.fr - MCU- tel : +33 1 40 51 65 41

    magali.rancez@inserm.fr - CRCN-tel: +33 1 40 51 65 14

    kader.abdel.sandouk@gmail.com- Doctorant -tel: +33 1 40 51 65 14

    benedicte.charmeteau@inserm.fr - TCE- tel: +33 1 40 51 65 96

    suzanne.figueiredo@inserm.fr - AI- tel: +33 1 40 51 65 96

     

    Soutiens financiers

    Ces programmes sont soutenus par l’ANRS et l’ANR

    Equipes du département