Institut de recherche biomédicale
     
    Vous êtes ici : Accueil / Formation / Soutenances de thèses / Contrôle post-traductionnel du trafic nucléo-cytoplasmique de la β-arrestine 2

    Contrôle post-traductionnel du trafic nucléo-cytoplasmique de la β-arrestine 2

    •  


    Elodie Tepaz

     

    Mardi 14 mai 2019 à 13h30


    Salle de conférence Rosalind Franklin, 2 e étage
    Institut Cochin, 22 rue Méchain, Paris 75014

     

    Résumé de thèse :

    Les β-arrestines (β-arrs) sont des protéines d'échafaudage multifonctionnelles qui établissent un lien entre les signaux extracellulaires reçus et les sorties fonctionnelles cellulaires. Elles jouent un rôle central dans la régulation des cascades de transduction du signal en agissant comme des "hubs" pour orchestrer l'activité et / ou la localisation subcellulaire de leurs partenaires protéiques, donnant lieu à une réponse cellulaire appropriée. Il existe deux isoformes des β-arrs, à savoir β-arr1 et β-arr2, qui partagent une forte homologie de séquence et de structure. Les β-arrs partagent souvent des rôles communs, cependant il existe des différences clés entre les isoformes. Un exemple frappant est la distribution subcellulaire des isoformes des β-arrs. Alors que β-arr1 est distribuée à la fois dans les deux compartiments, respectivement cytoplasmique et nucléaire, β-arr2 est exportée du noyau en raison d'un signal d'exportation nucléaire dans son extrémité C-terminale qui est absent dans β-arr1. β-arr2 subit donc un trafic nucléo-cytoplasmique constitutif permettant le déplacement de partenaires nucléaires, telle que Mdm2, principal régulateur négatif du suppresseur de tumeur p53. Cet effet sur Mdm2 entraîne une augmentation de la transcription médiée par p53 et une interruption du cycle cellulaire. Alors que le mécanisme d’exportation nucléaire de β-arr2 a été bien caractérisé, les mécanismes moléculaires contrôlant l’importation nucléaire de β-arr2 et définissant l’architecture cytonucléaire de la distribution de β-arr2 restent inexplorés. 

    Les travaux présentés dans cette thèse portent sur les mécanismes moléculaires qui contrôlent l’import nucléaire de β-arr2 et son impact sur la voie Mdm2 / p53. Nos données révèlent un mécanisme jusqu'alors méconnu d'importation nucléaire de β-arr2, qui a des conséquences sur son trafic nucléo-cytoplasmique et la distribution cellulaire de Mdm2.

    Mots clés : β-arrestines, trafic nucléo-cytoplasmique, Mdm2, Cancer